Toujours plus a l'ouest...
Photos, vidéos, textes, ambiances des pérégrinations d'un globe-trotteur...

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités





Mes albums

«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 



Rubriques


Menu

SUBLASTART
un terrien sur terre
hay sol y luna

Happy new year

Je sens d'ici les ricanements quant a mon engagement écologique, après les quatres jours que je me suis payés avec mes collègues de Phnom Penh pendant les vacances du nouvel an bouddhique. Voila qu'ils m'ont entrainé a louer des moto cross 250 cm cube et qu'on est parti cramer de la bouteille de Pepsi en verre (le contenant a essence locale) sur les bord du Mékong. L'expérience prime parfois sur l'éthique. C'est l'occasion révée pour tenter de comprendre aussi pourquoi tant de mâles conquérants y trouvent un substitut d'épanouissement sexuel et d'adrénaline. Une fois la route suicidaire de Phnom Penh a Kompong Cham passé, c'est la piste et les chemins de forêts caillouteux qui justifient un peu plus l'utilisation du terrible engin. Les villages en bordure du Mékong sont toujours aussi fascinant et les ''hello!'' a répétition des gamins toujours aussi acceuillant. La particularité de cette escapade c'est que nous sommes en plein nouvel an khmer (par extension bouddhique car il se célèbre dans tous les pays avoisinants) et que la fête bat son plein pendant trois jours non stop, Sur notre passage chaque petit village nous offre un accueil en fête et l'on découvre avec étonnement qu'ils ont une réelle culture du sound system. Ce sont des murs d'enceintes qui se succèdent avec une cohorte de fêtards de 7 a 77 ans. On se fait arrêter a chaque stand et le raid en moto prend alors des allures de Teknival (festival de musique techno). Difficile de refuser de goûter a l'alcool local, de se mettre à danser en transe avec les villageois ivres et de se faire asperger d'eau et d'une sorte de talc blanc, tradition du nouvel an. On dirait que tout le monde s'est mis la tête dans une bassine de shnouf, il suffirait de virer les gosses et de mettre une bonne vielle techno et c'est une véritable free party. On en oublierait presque l'itinéraire qui se termine de nuit dans les sentiers tortueux sur les falaises accidentées du Mékong. J'en roule sur un chien...ressuscité illico par la grace d'Allah, car ici les pagodes laissent place aux mosquées : les Chom de la province de Kampong Chom sont en majorité musulmans. En fin de session c'est la bière bien méritée du motard satisfait. L'expérience qui aurait été impossible en France (louer une moto cross pourav 6 euros par jours, sans permis) a été concluante, mais en définitive je suis définitivement mieux sur mes pieds. La frénésie du guidon et la puissance du moteur me paraissent toujours aussi artificiels et je pense que ça sera la première et dernière fois. Vive le vélo, la marche et l'air pur!

Un petit extrait des gosses sur le dance floor:

 

 




Publié à 11:32, le 3/05/2008,
Mots clefs :
Lien