Toujours plus a l'ouest...
Photos, vidéos, textes, ambiances des pérégrinations d'un globe-trotteur...

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités





Mes albums

«  Novembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 



Rubriques


Menu

SUBLASTART
un terrien sur terre
hay sol y luna

Chello to Pakistan

CHELLO : Expression idiomatique indienne et pakistanaise qui signifie ''let's go'' / ''C'est parti "/ "Allons-y'' mais aussi ''casse-toi!'' quand quelqu'un vous colle aux basques. En Inde l'expression ''Chello to Pakistan'' est un peu grivoise, l'équivalent en francais de ''va te faire voir chez les grecs!''

 

Amritsar est la dernière étape incontournable d'Inde en direction de la frontière pakistanaise. C'est aussi la capitale du Sikisme une religion dérivée de l'indouisme qui pioche un peu dans l'Islam. Les Siks se reconnaissent a leurs turbans massifs et impeccablement tendus, cachant leur chevelure qu'ils ne coupent apparement jamais tout comme leur barbe. Ils ont souvent une corpulence d'armoire a glace et un air très digne qui ne donne pas envie de les taquiner. Pourtant une fois ce masque rigide dépassé on a souvent affaire a des crèmes comme souvent avec les barbus meme plus extrémistes religieusement parlant, cette hypothèse se confirmera plus tard au Pakistan ou le cliché de l'islamique barbu a l'air féroce vole en éclats. Les plus jeunes qui ne sont pas des Siks totalement accomplis portent une sorte de collant sur le crane avec un chignon au niveau du front, qu'ils gardent en dessous de l'autre turban plus tard pour lui donner de l'épaisseur. Il n'y a qu'une chose immanquable a Amritsar relatif au Sikisme, c'est le temple d'or ou affluent touristes et siks de tous pays.Une fois dans l'enceinte circulaire, le temple ne parait pas immense mais s'impose au milieu d'un étang carré. On accède par un petit pont a cette curiosité qui mélangent le style des palais indous et le dome d'une mosquée.  Le sol et le bas des murs sont en marbre et toute la partie supérieure, tourelles et toits pointus sont en or. Du vrai or selon les dires qui scintille au soleil et dans les reflets aqueux de l'étang. C'est vraiment très très beau. Les fidèles s'entassent dans la file d'attente puis à l'intèrieur où des musiciens et chanteurs rècitent des prières 24/24h de manière très sobre. L'atmosphère qui règne tout autour du temple est envoutante et on se laisse à flaner regardant le soleil décliner, offrant au temple mille et un éclats lumineux dans un crescendo visuel majestueux. Autre particularité du lieu, une cantine gèante gratuite  ouvert a tous 24/24h a en donner la larme a l'oeil a plus d'un bénévole des restos du coeur. Le lendemain, il est temps de passer la frontière, après les derniers harcèlements des rabatteurs et chauffeurs de rikshaws indiens qui pour le coup ne vont pas me manquer. Aprèsavoir franchi lles laborieuses étapes successives de la frontière me voici au Pakistan.

Golden Temple Amritsar from Toujours + à l'ouest on Vimeo.

 

Adieu Shiva, Ganesh et consors et bienvenu chez les mecs! A bord du bus le plus pourri du monde je suis en direction de Lahore et découvre ce qui saute aux yeux avant meme les djelabahs et l'alphabet arabe : ou sont les femmes? Meme a Lahore qui est une grande ville dévelloppée il y en a trois pour 100 mecs dans la rue, par contre oubliez les mensonges médiatiques de la burqa pour toutes, elles sont autant si ce n'est moins voilées que les indiennes, a savoir un simple chale sur la tete. Les militaires, vigiles tous les dix mètres ont de jolis fusils mitralleurs mais sont tellement mous qu'ils n'arrivent pas a la cheville en termes d'agressivité visuelle que les bidasses de !a Gare de l'est a Paris. Voila, hormis ses deux points ''négatifs'' je n'ai rien trouvé d'autre à reprocher au Pakistan par la suite, me trouvant face a ce qui m'avait été promis par tous ceux qui ont visité ce pays : une hospitalité et une gentillesse extrème de la part des locaux t'accueillant a bras ouverts dans toutes les conditions. Meme le ramadan qui tend un peu les visages supportant un jeune sous 35 degres et des journées de 15 heures, n'empeche pas chaque personne de te tendre la main, de sourire, de te proposer nourriture, boissons, tout en te guidant la ou tu desire te rendre. J'arrive enfin au Regale Internet Inn, le petit hotel miteux mais tellement chalereux devenu l'adresse incontournable de tous les travellers séjournant a Lahore. Malik son propriétaire est un passionné de musique Sufi et fait du séjour de chacun au Regal un vrai parcours musical et culturel. C'est aussi un des mecs les plus ouverts que j'ai rencontré durant mon voyage, assis sur sa paillasse au fond de la terrasse de l'hotel, on va et vient pour refaire le monde sans aucun tabou, abordant tous les sujets  politiques ou religieux. Je réalise au bout de quelques heures de discussion que je suis dans un réel  lieu d'effervescence intellectuel ou les différences culturelles de chacun viennent enrichir le débat, et ou la bienveillance de Malik permet de contrecarrer tous les stéréotypes qui concerne son pays. L'image galvaudée que donnent les médias du Pakistan est grave, on s'imagine des bastions terroristes et un fanatisme insupportable, il n'en est rien. Les talibans retranchés aux alentours de Peshawer ne sont qu'une minorité détestée de tous et qui ternissent l'image du pays. Les gens ne sont pas très pratiquants, ne font pas le ramadan pour beaucoup et adorent faire la fete. Comme le montre par exemple la culture Sufi très influencé par les tziganes du Rajasthan voisin, qu'un iranien a fondé pour donner un attrait a l'Islam plus ludique. Les chiites et sunnites sont évidemment majoritaires dans la majorité du pays, mais on trouve aussi des smilis et autre minoritées ethniques dans les montagnes très libérés de la religion voir pas du tout mulsulmans. Tous ca pour dire que j'ai vraiment réalisé a quel point ce pointage du doigt que font les USA sur cette région du monde n'est qu'une facon de continuer leur chimerique lutte contre le terrorisme. Ils ont mis a feu et a sang l'Afghanistan et l'Irak pour rien et il leur en faut encore, pourquoi pas le Paki qui est aussi montré du doigt par l'Inde qui n'arrive pas a gérer son extrémisme religieux et qui accuse ses voisins. Bref, c'est un vaste débat qu'il ne faut pas lacher car le sort du ''monde arabe'' en dépend. C'est l'heure de partir pour les Sufi night le rendez vous hebdomadaire depuis 900 ans du tout Lahore. La musique Sufi comporte une base d'improvisation allant crescendo pour acceder a une forme de transe, de grosses percussions qui dépotent a toutes décibels des morceaux d'une bonne demi-heure sur lesquels viennent se caler des danseurs frénétiques se livrant eux aussi a une transe chorégraphiée. On arrive dans un petit patio intimiste surbondé de monde assis autour des musiciens. L'ambiance est chaude dans tous les sens du terme, ca s'entasse, se bouscule toujours avec courtoisie dans un aquarium de fumée...de hash. Je n'ai jamais vu ca, la quasi intégralité de l'assistance, jeune et vieux enchainent joints et cigarettes de shit non-stop, une vraie orgie cannabique, certains s'allument 10 clopes aromatisées a la fois. La foule aux yeux vitreux secoue la tete épileptiquement a l'instar des danseurs, les bras levés au ciel sautillant a chaque break et tabassage frénétiques des percus. Ils sont littéralement en transe, les gouttes de sueur perlant au bout de leurs mèches de cheveux agitées a la vitesse d'un shaker. Un saxo vient se poser sur les rythmes endiablés toujours plus soutenus envoyant des envolées de notes suaves. C'est magistral. Difficile de ne pas laisser son corps se faire happer par cette musique démoniaque, transcendentale, se vidant de tout son etre, faisant jaillir l'ame de son enveloppe charnelle. Je rentre abassourdi de cette expérience métaphysique allant cuver ma toute première cuite au shit, titubant jusqua mon lit au milieu du dortoir. Voila, donc mes premieres aventures et impressions de ce pays arriéré, islamique que nous décrit nos chers médias, un pays ou je n'ai jamais senti autant de liberté, de finesse d'esprit depuis mon arrivée a Bangkok. On en reparlera mais pour le moment c'est une surprise de taille qui me laisse songeur...            

Sufi Night from Toujours + à l'ouest on Vimeo.

 


Publié à 02:37, le 27/09/2008, Amritsar
Mots clefs : lahore
Lien