Toujours plus a l'ouest...
Photos, vidéos, textes, ambiances des pérégrinations d'un globe-trotteur...

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités





Mes albums

«  Septembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930



Rubriques


Menu

SUBLASTART
un terrien sur terre
hay sol y luna

Sapa vs Along Baie

C'est presque un concours de quelle sera la plus belle étape qui nous attend. Le meilleur pour la fin, les montagnes de Sapa au nord-est près de la frontiere chinoise et la mythique Baie d' Along et ses pains de sucres jaillissants de l'eau. Apres une journée transit a Hanoi,  on s'embarque dans un train de nuit 3eme classe pour Lao Cai, la capitale de la province de Sapa. Un spectacle folklorique nous attend dans ce train qui doit ressembler a ceux que l'on pouvait trouver en France au début du siecle.  Six par compartiments avec des "couchettes" se résumant a une planche avec une natte et tout de meme un oreiller. Les wagons assis ont des sièges en bois ou les viets s'entassent le regard ébahi a notre passage, pas habitués a voir des blancs dans ce tortillard. On arrive au ''wagon restaurant'', ou les grosses marmites cuisants sur le feu a même le sol ne sont pas loin de se renverser sur nos pieds avec les secousses. Autour des tables en zinc est réuni tout le staff du train, il y a un controleur par porte a chaque arrêt, du personnel de service et une bonne dizaine de controleurs ambulants qui griffonnent tous leur feuille de route. Ils n'ont pas l'air de glander grand chose, mais c'est ca le partage du travail a la communiste! Arrivé a Lao Cai, il faut une heure de bus pour grimper jusqu'a Sapa ou la route laisse apparaitre les fabuleux paysages promis par les photos des agences de voyages: des montagnes accidentées dans lesquelles est creusé un échelonnement en terrasse de rizieres épousant la forme des pentes. C'est somptueux, il y en a à perte de vue brillant d'un vert très clair car les pousses sont en pleine croissance. La bourgade de Sapa est digne d'une petite ville typique de Savoie, chalet en bois sur les pentes sinueuses de la ville ou l'air est frais et le calme regne malgré le monde (locaux + touristes). C'est notre revanche sur Dalat ou nous espérions ce genre de typicité. La particularité de Sapa ce sont ses minorites ethniques présentent dans tous les villages avoisinants de la région qui viennent aujourd'hui jusque dans la ville pour guider les touristes et vendre leur artisanat au marché. La principale ethnie, les Hmongs noirs revetent une tunique traditionelle en chanvre teinte en bleu tres foncé agrementée de motifs multicolores brodés. Les femmes tournicotent leur queue de cheval autour de leur tete et la fixe d'une broche tandis que les hommes et les enfants se coiffent d'une petite calotte colorée. Ils sont adorables et souriants interessés par notre portefeuille bien sur, mais chaleureux et curieux parlant un anglais parfait, ce qui contraste avec le minimum syndical de l'amabilité viet vécue depuis le depart. Les Hmongs qui rentrent tous les soirs dans leur village sont par ailleurs complétement mélés a la population, au point qu'on se retrouve le soir a boire des coups et jouer au billard avec les jeunes en costumes traditionnels, surréaliste! Le lendemain, Sah, 40 ans, une petite Hmong d'un metre cinquante nous emmene dans son village a quelques kilometres pour y decouvrir de plus pres le paysage de riziere qui s'etale sur tout les flans des vallées. Elle nous explique que ceux sont uniquement les minoritées qui y bossent a la dure et que les viets viennent leur acheter la recolte pour un bol de  riz ce qui explique leur mode de vie un peu spartiate. Arrivé a sa maison elle nous montre son champ de chanvre (et non ça ne se fume pas !) et la technique de filage puis de "bouillage" pour obtenir enfin le fil a tisser, faut pas etre pressé pour avoir son prochain pantalon! Ceux sont des plantes cueillies dans la foret, placées dans un recipient dans lesquelles on fait macérer les tissus pour obtenir la teinture noire. Sah est bien sympathique et nous fait bien marrer a déambuler avec son sac North Face, répondant a son portable et nous demandant de lui envoyer des photos sur son Facebook alors qu'elle n'a chez elle ni eau, ni electricité! On découvrira aussi d'autres minorités, les Tais avec leurs turbans rouges posés sur leurs tetes rasées, dans des villages ou la riviere donne sur des cascades d'eau bien fraiche redonant un petit coup de fouet apres la marche sous le cagnard. A vraiment Sapa, c'est sympa!

Pour visiter la baie d'Along il faut etre méthodique pour ne pas se faire embrailler dans le promene couillon des tours operateurs. On opte donc pour un depart depuis l'ile de Cat Ba au large d'Haiphong afin d'éviter les embarquadaires officiels saturés. Cat Ba donne déja sur les fameux pains de sucre de la baie et sa topographie y ressemble fortement, tout une partie de l'ile est devenue un parc naturel. C'est splendide, mais une fois sa partie inhabitée et sauvage traversée, on tombe malheureusement sur les constructions gros sabots et moches comme d'hab. Cat Ba est devenue une station balnéaire de mauvais gout ultra bétonnée ou les hotels degueu affichent des prix prohibitifs. Aiguillés par une routarde babos on obtient un plan bungalows sur la plage loin du brouhaha de la ville. La plage est sympa et on se laisse allègrement aller a flaner, admirant les premiers pitons rocheux d' Along au loin. Le lendemain, c'est parti pour la visite de la baie, on a trouve un tour a la journée avec moins de 10 personnes sur une magnifique jonque (a moteur tout de meme...) a un prix raisonnable. C'est sous la pluie que le debut de l' expedition commence a travers les nombreux villages flottants ou tout une petite vie entre les differents habitants s'opère: pecheurs, commercants,  loueurs de canoés et autre bateaux pour touristes. La pluie se calme et la lumière vient contraster ce paysage tant attendu, le cliché  d'Indochine si convoité qui parait extranaturel: comment ces immenses rochers abrupts couverts de végétation tropicale dense réussissent a se tenir dresser hors de l'eau? La reponse rationnelle a ce phénomene naturel curieux, est qu'il s'agit d'une ancienne chaine de montagnes qui a ete ensevelie par le mer et dont seuls les sommets apparaissent aujourd'hui. L'érosion due a l'eau de mer qui ronge la base de ces monts calcaires au point de creuser parfois de veritables galeries, donne cet etonnant resultat qui forme ce que l'on nomme des pains de sucre. Par deux on embarque sur des canoes pour se glisser sous un de ces pitons rocheux dans une galerie pas plus haute qu'un metre par moment entre les stalactiques et les formes bizarres du plafond rocheux. Au bout de quelques metres immergés dans le noir, on est guidé par la lumière de l'accès opposé a cette grotte qui débouche sur une petite cour interieure entourée de rochers. Apres une petite bouffe a bord de notre magnifique jonque, qui, j'ai oublié de le preciser est integralement en bois avec mat en bambou et cabine au toit tressé, notre capitaine nous fait le plaisir de couper le moteur et de déployer les voiles ocres spectaculaires en forme d'ailes de papillons, dont les bouts s'accrochent a des winchs composés d'une simple branche d'arbre, a faire saliver plus d'un puriste de la voile! On baisse la dérive et le vent nous pousse a travers le silence entre les montagnes aquatiques sous un soleil étincelant: jubilatoire! On plonge du bateau pour nager jusqu'a une plage déserte pour peaufiner le scenario de reve, mais malheureusement Laure ramène un petit souvenir fort désagreable: une belle brulure de meduse au bras. Effectivement, la baie en est constellée! Au coucher du soleil, les dégradés roses du ciel viennent ajouter une couche lumineuse envoutante pour immortaliser le mythe dans nos mémoires. Le lendemain, pour notre dernière étape viet on se retrouve dans la région de Nim Binh: la baie d'Along terrestre. Rebelotte pour le spectacle grandiose ou cette fois les étendues de mer sont remplacés par des corniches de chemins terre et de troncons navigables au milieu des cultures aquatiques. Apres une belle mousson, l'humidité brumeuse nous offre un paysage magique. C'est presque plus bluffant que l'illustre baie car ici il ya une vraie vie rurale et pitoresque: petite pagode au sommet des collines, agriculteurs s'affairant dans leur champs et le clou du spectacle, notre conductrice de barque rame avec les pieds! Si ça c'est pas le meilleur pour la fin?

 


Publié à 02:55, le 24/07/2008, Hanoï
Mots clefs :
Lien