Toujours plus a l'ouest...
Photos, vidéos, textes, ambiances des pérégrinations d'un globe-trotteur...

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités





Mes albums

«  Novembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 



Rubriques


Menu

SUBLASTART
un terrien sur terre
hay sol y luna

En remontant le Mékong

De Phnom Penh a Kompong Cham, il parait inaccessible, bordé de forêts et de terrains vagues, puis il laisse apparaitre les premières iles. A Kompong Cham, les japonais ont construit le seul pont du Cambodge pour enjamber ce fleuve ocean. Un édifice dont les nippons ne font pas plus leurs choux gras que ca, mais qui leur permet d'affirmer symboliquement leur puissance. Au niveau de Kratie, la vie le long du fleuve s'accentue ainsi que le nombre d'iles. On peut venir profiter des massages naturels qu'offre le fleuve dans les différents rapides sur lesquels les khmers construisent des cahutes en bambou pour y faciliter l'accès. Une attraction très populaire, ou le fleuve prend des allures d'Aqualand avec trois bouts de ficelles. Au coucher du soleil, on peut s'approcher en bateau des attroupements de dauphins d'eau douce qui viennent faire la courbette sous les yeux ébahit des visiteurs. Contrairement a Flipper, ils ont la tête ronde et de toutes petites nageoires que les touristes tentent de mitrailler de photos, mais sans succès car l'apparition des bestioles est bien trop furtive. Jusqu'a Stung Streng, tous les villages s'organisent entre la piste et le fleuve. Les buffles, les vaches et les gamins se baignent quand le soleil décline et c'est un veritable état major de la pêche qui se met en place. Les terrains abondent de cultures, les gens organisent leur potager les pieds dans l'eau. Le fleuve est une véritable moelle épinière pour les villages qui le bordent. On arrive a la frontiere Lao, une sorte de no man's land ou les travellers se retrouvent en stand by, pris entre les galères de visas et les pourparlers lao-cambodgiens. La plupart se dirigent directement a Nakasan, un village portuaire d'ou partent les bateaux pour l'archipel des 4000 iles. Les lao considèrent comme une ile n'importe quel caillou qui émerge de l'eau et qui comporte au moins un arbre, d'ou le chiffrage élevé de celles-ci. Ces iles dont celle de Don Det est la plus visitée sont de véritables paradis terrestres ou les activités se résument à prendre du bon temps. Les guests houses s'organisent tout autour de l'ile, ce ne sont ni plus ni moins que des bungalows en bambou qui complètent les cahutes familiales dans lesquelles les voyageurs se font adopter par la famille pour vivre avec elles au rythme du soleil : il n'y a ni eau courante, ni électricité sur l'ile. Quand on arrive a se défossiliser de son hamac, il est possible d'aller crapahuter autour de l'ile à pied ou à dos de vélo pourri, pour aller y admirer les rapides, cascades et autres merveilles naturelles.

Prêcheurs khmers from Toujours + à l'ouest on Vimeo.

 

Mon activitée principale a Don Det :

 

 


Publié à 23:43, le 4/05/2008, Kracheh
Mots clefs :
Lien